Soutenance d’HDR

Sibylle Emerit présentera ses travaux en vue de l’obtention de son habilitation à diriger des recherches (HDR) à l’université de Lille (Villeneuve d’Ascq, Campus Pont de Bois – Maison de la recherche – Salle F0.44), le samedi 2 décembre à 14h :

Titre des travaux :
Sur les traces de la harpe pharaonique. Archéologie versus Égyptomanie

Membres du jury :

  • Didier Devauchelle, Professeur d’égyptologie à l’université de Lille (garant)
  • Laurent Bavay, Professeur d’égyptologie à l’université libre de Bruxelles (rapporteur)
  • Susanne Bickel, Professeure d’égyptologie à l’université de Bâle (rapporteur)
  • Sylvie Donnat, Professeure d’égyptologie à l’université de Lille
  • Hélène Guichard, Conservatrice générale du patrimoine, Département des Antiquités
    égyptiennes, Musée du Louvre
  • Dimitri Laboury, Professeur d’égyptologie à l’université de Liège, Directeur de recherche
    FNRS (rapporteur)
  • Hara Procopiou, Professeure de Protohistoire égéenne à l’université de Paris 1, Panthéon-
    Sorbonne
  • Saskia Willaert, Conservatrice au Musée des Instruments de Musique de Bruxelles

Le dossier de candidature comprend :

  • Un mémoire de synthèse (De l’archéologie musicale à l’anthropologie du son. Le cheminement d’une égyptologue) qui se compose d’un dossier dit d’« ego-histoire », suivi d’un recueil des publications. Les thématiques de recherche y sont classées en quatre grands ensembles : histoire culturelle et sociale, culture matérielle, histoire des sens et réception de l’Antiquité. Ce mémoire de synthèse expose la pluralité des sources — textuelles, iconographiques et archéologiques — relatives aux sons et à la musique de l’Égypte ancienne, abordées dans une perspective anthropologique, et souligne les défis de l’interdisciplinarité.
  • Un mémoire inédit qui rassemble deux dossiers. Ils abordent chacun la harpe
    pharaonique en fonction de deux points de vue, celui de l’égyptomanie et celui de l’archéologie. Le premier dossier, intitulé La harpe pharaonique et la quête des sources du Nil, révèle, dans une approche historiographique, de quelle manière la construction d’un savoir sur la musique pharaonique, depuis la fin du XVIIIe siècle, a donné naissance, au sein de la communauté scientifique, à un discours qui relève de l’égyptomanie musicale encore vivace de nos jours. Le second, relatif à La facture instrumentale de la harpe pharaonique à la lumière de découvertes récentes, cherche à tirer les enseignements des travaux antérieurs et interroge les vestiges
    archéologiques sous l’angle de la culture matérielle en proposant une mise en série. Grâce à l’étude d’une documentation en grande partie inédite, il invite à l’établissement d’une réflexion méthodologique sur la manière de documenter ce type de realia. Les résultats présentés s’appuient, d’une part sur les recherches effectuées en vue de la publication de trois harpes découvertes à Dra‘ Abu el-Naga (rive ouest de Louqsor) par l’équipe allemande dirigée par Daniel Polz (DAIK) et, d’autre part, sur les travaux menés en collaboration avec des organologues, musicologues, ethnomusicologues, acousticiens, archéomètres, luthiers et musiciens. Le dossier d’HDR reflète ainsi les orientations épistémologiques avec une analyse située à la frontière de plusieurs champs disciplinaires. Il interroge le rapport entre archéologie et ethnologie dans le domaine de la musique antique, tout en questionnant la relation du chercheur vis-à-vis de son sujet d’étude de manière distanciée et réflexive.

Parution Orchestrer le passé / Singing the past

Chercher à reconstruire les musiques du passé et leur histoire est une préoccupation ancienne. Depuis le XIXe siècle, l’imaginaire orientaliste a considérablement alimenté l’idée de l’existence de musiques «originelles », qu’elles soient « pharaonique », « arabe » ou « hindoue ». Le présent volume s’attache aux manières de dire et de raconter le passé au cours du XXe jusqu’au début du XXIe siècles. En réunissant anthropologues et historiens, il invite à porter une attention particulière, non plus aux seules représentations du passé mais également aux processus concrets de sa mise en récit. Il s’intéresse aux élaborations émanant des disciplines scientifiques, comme la musicologie et l’archéologie musicale, ou encore à celles qui se jouent dans la création artistique, deux domaines qui s’inscrivent également dans des enjeux politiques forts.

Parution De la cacophonie à la musique : la perception du son dans les sociétés antiques

Les hommes et les femmes de l’Antiquité entendaient-ils comme nous ? Étaient-ils sensibles à certaines sonorités plutôt qu’à d’autres ? Ces simples questions nous rappellent que les sons et leurs interprétations sont inscrits dans des constructions culturelles, à tel point que la définition même de la cacophonie et de la musique, du bruit et du silence, change en fonction des époques et des contextes. L’historicité de ces notions est au cœur de l’ouvrage qui se propose, pour l’Égypte, l’Orient, les mondes grec et romain antiques, de décrypter les perceptions acoustiques des Anciens en cherchant à comprendre comment les sons, ou leur absence, deviennent signifiants. Derrière l’ampleur de l’arc chronologique se trouve un objet commun, l’étude du vocabulaire et des expressions qui relèvent du champ sémantique du son. Le lexique est ici analysé dans une démarche historique, nourrie par les questionnements en lien avec l’anthropologie du sonore. Tout au long des diverses contributions de ce volume, le lecteur est invité à se mettre à l’écoute des mots des Anciens. Cette approche au plus près des discours antiques a le mérite de nous révéler toute la complexité des valeurs sociales, politiques et religieuses dont les sons sont porteurs.

https://www.ifao.egnet.net/publications/catalogue/9782724708462/
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search