Soutenance d’HDR

Sibylle Emerit présentera ses travaux en vue de l’obtention de son habilitation à diriger des recherches (HDR) à l’université de Lille (Villeneuve d’Ascq, Campus Pont de Bois – Maison de la recherche – Salle F0.44), le samedi 2 décembre à 14h :

Titre des travaux :
Sur les traces de la harpe pharaonique. Archéologie versus Égyptomanie

Membres du jury :

  • Didier Devauchelle, Professeur d’égyptologie à l’université de Lille (garant)
  • Laurent Bavay, Professeur d’égyptologie à l’université libre de Bruxelles (rapporteur)
  • Susanne Bickel, Professeure d’égyptologie à l’université de Bâle (rapporteur)
  • Sylvie Donnat, Professeure d’égyptologie à l’université de Lille
  • Hélène Guichard, Conservatrice générale du patrimoine, Département des Antiquités
    égyptiennes, Musée du Louvre
  • Dimitri Laboury, Professeur d’égyptologie à l’université de Liège, Directeur de recherche
    FNRS (rapporteur)
  • Hara Procopiou, Professeure de Protohistoire égéenne à l’université de Paris 1, Panthéon-
    Sorbonne
  • Saskia Willaert, Conservatrice au Musée des Instruments de Musique de Bruxelles

Le dossier de candidature comprend :

  • Un mémoire de synthèse (De l’archéologie musicale à l’anthropologie du son. Le cheminement d’une égyptologue) qui se compose d’un dossier dit d’« ego-histoire », suivi d’un recueil des publications. Les thématiques de recherche y sont classées en quatre grands ensembles : histoire culturelle et sociale, culture matérielle, histoire des sens et réception de l’Antiquité. Ce mémoire de synthèse expose la pluralité des sources — textuelles, iconographiques et archéologiques — relatives aux sons et à la musique de l’Égypte ancienne, abordées dans une perspective anthropologique, et souligne les défis de l’interdisciplinarité.
  • Un mémoire inédit qui rassemble deux dossiers. Ils abordent chacun la harpe
    pharaonique en fonction de deux points de vue, celui de l’égyptomanie et celui de l’archéologie. Le premier dossier, intitulé La harpe pharaonique et la quête des sources du Nil, révèle, dans une approche historiographique, de quelle manière la construction d’un savoir sur la musique pharaonique, depuis la fin du XVIIIe siècle, a donné naissance, au sein de la communauté scientifique, à un discours qui relève de l’égyptomanie musicale encore vivace de nos jours. Le second, relatif à La facture instrumentale de la harpe pharaonique à la lumière de découvertes récentes, cherche à tirer les enseignements des travaux antérieurs et interroge les vestiges
    archéologiques sous l’angle de la culture matérielle en proposant une mise en série. Grâce à l’étude d’une documentation en grande partie inédite, il invite à l’établissement d’une réflexion méthodologique sur la manière de documenter ce type de realia. Les résultats présentés s’appuient, d’une part sur les recherches effectuées en vue de la publication de trois harpes découvertes à Dra‘ Abu el-Naga (rive ouest de Louqsor) par l’équipe allemande dirigée par Daniel Polz (DAIK) et, d’autre part, sur les travaux menés en collaboration avec des organologues, musicologues, ethnomusicologues, acousticiens, archéomètres, luthiers et musiciens. Le dossier d’HDR reflète ainsi les orientations épistémologiques avec une analyse située à la frontière de plusieurs champs disciplinaires. Il interroge le rapport entre archéologie et ethnologie dans le domaine de la musique antique, tout en questionnant la relation du chercheur vis-à-vis de son sujet d’étude de manière distanciée et réflexive.

Parution Orchestrer le passé / Singing the past

Chercher à reconstruire les musiques du passé et leur histoire est une préoccupation ancienne. Depuis le XIXe siècle, l’imaginaire orientaliste a considérablement alimenté l’idée de l’existence de musiques «originelles », qu’elles soient « pharaonique », « arabe » ou « hindoue ». Le présent volume s’attache aux manières de dire et de raconter le passé au cours du XXe jusqu’au début du XXIe siècles. En réunissant anthropologues et historiens, il invite à porter une attention particulière, non plus aux seules représentations du passé mais également aux processus concrets de sa mise en récit. Il s’intéresse aux élaborations émanant des disciplines scientifiques, comme la musicologie et l’archéologie musicale, ou encore à celles qui se jouent dans la création artistique, deux domaines qui s’inscrivent également dans des enjeux politiques forts.

Colloque international “Patrimonio musicale dei popoli nel mondo antico”, Padoue-Ravenne, 21-23 mars 2022

Les protagonistes du projet RIMAnt participent à l’organisation d’un colloque international, à Padoue et Ravenne, du 21 au 23 mars 2022.

Les trois jours de colloque, organisés par les départements des beni culturali des universités de Padoue et Bologne, s’appuient sur le constat que la musique est l’une des premières manifestations du développement d’une intelligence symbolique de la part de l’être humain. Ils proposeront des échanges sur les méthodes à développer pour comprendre la musique des peuples et périodes antiques, dans une perspective multi- et interdisciplinaire.

Le colloque s’ouvrira sur une table-ronde sur la musique aux époques pré- et protohistoriques, autour de certains éléments découverts dans le Triveneto. L’objectif est de définir comment, à partir du témoignage matériel d’un fait “musical”, il s’avère possible de rechercher des méthodes valides pour la valorisation des signes d’activités en lien avec la musique, le son et la danse dans la pratique archéologique, tant au niveau des objets que de leur représentation. Le sujet principal du colloque sera la valorisation des realia, des instruments de musique et des objets sonores conservés dans les musées. Les projets franco-italiens RIMAnt et TeMA ont récemment proposé de considérer ces artefacts de manière innovante, en initiant une nouvelle manière de souligner leur valeur symbolique à partir des relevés archéologiques. Ils appartiennent effectivement à une identité musicale des peuples qui les ont produits, perdue en apparence seulement mais qu’une analyse contextualisée peut permettre de remettre au jour.

Ces thèmes seront au centre des deux tables-rondes auxquelles participeront les surintendances et pôles muséaux, en vue d’élargir les acteurs impliqués dans les projets TeMA et RIMAnt. L’objectif est d’inclure de manière systématique et extensive la dimension sonore dans la définition des vestiges archéologiques.

Prendre en compte de manière contextuelle la culture des peuples antiques et la nature archéologique des objets sonores anciens oblige l’enquête musicologique à intégrer des réflexions nouvelles à ses méthodes, tant sur le concept de musique que sur celui de temporalité. En ce sens le défi de la musicologie contemporaine est celui d’un dialogue ouvert et permanent avec les autres disciplines et acteurs du territoire. Il consiste également à réfléchir non seulement sur la musique, mais également de manière plus large sur la culture face à laquelle la musicologie doit rester à l’écoute pour comprendre et valoriser l’homme et l’humain.

La rencontre aura lieu en présence, à Padoue les 21 et 22 mars et à Ravenne le 23 mars. Il est également possible d’y assister à distance, sur inscription préalable à l’adresse suivante : https://unipd.link/patrimoniomusicale

Journée d’études “Questions d’objets”

Le projet RIMAnt sera présenté à Lyon le 21 janvier 2022, dans le cadre du séminaire de l’axe B du laboratoire HISOMA.

Les instruments de musique sont des témoins historiques importants qui nous renseignent sur les croyances religieuses (objets cultuels et dépôts votifs dans les sanctuaires et les tombes), le statut des individus qui exercent le métier de musicien, mais aussi sur leur utilisation comme insigne de pouvoir ou marqueur social. Leur facture nous apporte également des informations sur l’artisanat antique, l’origine des matériaux employés ainsi que leur valeur marchande.

Cette journée sera l’occasion de présenter le projet RIMAnt qui vise à répertorier, documenter et analyser les vestiges archéologiques des instruments de musique des civilisations égyptienne, grecque et romaine antiques au sein d’un corpus unique accessible en ligne. Les données rassemblées permettront aux chercheurs d’étudier les instruments tant du point de vue de leurs caractéristiques organologiques que de leur signification historique et culturelle.

Cymbales. Date de création/fabrication : Basse Epoque (-664 – -332) ©musée du Louvre

Programme

● 9h15 – Accueil

● 9h30 – Introduction. RIMAnt : Naissance d’un projet franco-italien
Par Sibylle Emerit (CNRS, HiSoMA) et Daniela Castaldo (Université du Salento, Collegium de Lyon)

● 10h – Alexandre Vincent (Université de Poitiers, Herma, IUF)
Le programme Paysages sonores et espaces urbains de la Méditerranée ancienne : objets, noms et espaces

● 10h30 – Christophe Vendries (Université de Rennes 2, LAHM Creaah)
Les trompettes gallo-romaines : un exemple de mise en série. De l’archive à l’artefact

● 11h : Pause

● 11h15 – Sibylle Emerit (CNRS, HiSoMA)
Les instruments de musique de l’Égypte ancienne : l’importance des analyses archéométriques (musée du Louvre et musée des Beaux-Arts de Lyon)

● 11h45 – Donatella Restani / Paolo Bonora (Université de Bologne)
L’archéologie musicale : l’enjeu des classifications

● 12h15-12h45 : Échanges

PAUSE DÉJEUNER

● 14h30 – Daniela Castaldo (Université du Salento, Collegium de Lyon)
Noms antiques et noms modernes : comment nommer les instruments de musique dans un corpus commun à trois civilisations antiques

● 15h – Paola Dessi / Giovanna Casali (Université de Padoue)
Le projet TEMA et le travail collaboratif avec les musées du Nord de l’Italie (anglais)

● 15h30 – Sylvain Perrot (CNRS, Archimède) et Régis Witz (Misha)
Gérer les métadonnées d’un corpus d’objets sonores selon les principes de la science ouverte avec le logiciel Heurist

● 16h-17h – Conclusion : Créer un outil au service de la communauté scientifique
Débat animé par Rodolphe Bailly (Cité de la musique – Philharmonie de Paris)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search